Réunion publique au centre social Marcel-Mersier pour un centre de santé au Val Saint-Jean

Publié le par Liste Aux Actes Citoyens

La démographie médicale dans la Manche est inférieure à la moyenne nationale. Dans les 6 ans à venir, 30 % des médecins généralistes vont partir à la retraite. Le bassin saint-lois verra sa population croître, il a donc également de fortes chances de voir son offre de soins se dégrader.

Parce que la simple création de la maison de santé en centre-ville ne suffira pas à absorber les besoins de cette population croissante et également vieillissante, la liste Aux Actes Citoyens propose la création d’un centre de santé municipal pour le Val Saint-Jean, quartier de 7 000 habitants pour lequel l’expression de « désert médical » n’est pas usurpée !

Notre attachement aux services publics de proximité et les réponses apportées à notre questionnaire par les habitants de Saint-Lô que nous rencontrons, ont rendu cette proposition évidente.

  • Le centre de santé offre tous les soins de premier recours : médecine générale ; médecins spécialistes tels que gynécologues, ophtalmologues, cardiologues, etc. ; radiographie, échographie, analyses médicales, kinésithérapie, soins infirmiers, soins dentaires.
  • Avec le tiers payant systématique et l’absence de dépassement d’honoraires, il permet, pour tous, l’égal accès aux soins.
  • Il permet l’accompagnement social des personnes et met en place des projets locaux de santé publique qui prennent en compte la situation spécifique de la population, mais aussi des actions de prévention et d’éducation (petite enfance, planification familiale, adolescence, patients désinsérés, maintien à domicile, toxicomanie, sida, affections type diabète…).
  • Les professionnels de santé qui y exercent n’ont aucun intérêt à la multiplication de leurs actes et consultations : ils sont tous salariés et rémunérés à la fonction.

Face au désengagement de l’État, le centre de santé (CDS) peut permettre de soulager notre hôpital public qu’il convient de défendre.

Un CDS peut même lui profiter. En effet, actuellement, quoi que nous puissions en penser par ailleurs, la bonne santé économique d'un hôpital public dépend du nombre d'actes qu'il effectue, paiement à l'acte oblige, ici comme pour la médecine de ville ou les cliniques privées. Ainsi, le centre de santé pourra orienter ses patients vers l’hôpital public s’ils ont besoin d’actes techniques qui ne peuvent être dispensés qu'en milieu hospitalier. C'est ainsi que le centre de santé peut « rapporter » à l’hôpital public. Un patient peut alors effectuer son parcours de soins, du centre de santé à l'hôpital, entièrement dans le service public si tel est son choix.

Le centre de santé est la garantie d’une médecine de qualité, économe pour les patients, les collectivités et la Sécurité sociale.

Ce projet a fait l’objet d’une discussion publique le samedi 25 janvier au centre social Marcel-Mersier en présence du Dr Guirec Loyer, secrétaire général adjoint de la FNCS (Fédération Nationale des Centres de Santé).

Médecin généraliste, le Dr Loyer est actuellement directeur du Centre municipal de santé de la ville de Bezons. L’offre de santé y est variée (médecine générale, cardiologie, ophtalmologie, gynécologie, soins dentaires, etc.).

Dans ce centre municipal de santé, un rendez-vous chez l’ophtalmologiste demande une attente d’1 mois et demi, contre 6 mois à 1 an à Saint-Lô.

Chaque jour de la semaine, un créneau horaire est conservé pour recevoir d’éventuelles urgences. Ce « sacrifice » d’un rendez-vous par jour a un coût, bien entendu, mais la priorité est la santé des patients.

Il faut savoir qu’un Centre de santé peut avoir un coût si, ne fonctionnant pas exclusivement avec des médecins généralistes, il propose, en plus, des actes médicaux de spécialistes, des soins infirmiers, de kinésithérapie, etc. S'agissant d’un service public, il n'est pas anormal qu’il ait un surcoût marginal.

Les CDS sont cependant moins onéreux pour la Sécurité sociale grâce à l'absence de dépassement d'honoraires et parce qu'ils gèrent directement le tiers payant en lieu et place des services des caisses de l'Assurance maladie. Ce sont les agents administratifs des centres de santé qui assurent l'ensemble des tâches administratives permettant ainsi à leurs médecins de se consacrer entièrement à leur activité.

Par ailleurs, les CDS sont attractifs pour les médecins puisqu’actuellement, par exemple, 78 % des inscriptions à l’Ordre des médecins se font sous statut de salarié, et que 70 % des étudiants en médecine souhaitent exercer sous ce statut, dont 42 % pour les futurs généralistes. En effet, ces derniers aspirent de plus en plus souvent à un meilleur équilibre entre vie familiale et vie professionnelle, à un exercice normal de leur activité pour qu'elle soit compatible avec la qualité des soins que sont en droit d'attendre leurs patients.

Avec les centres de santé, nous pouvons répondre à leurs aspirations légitimes qui rencontrent nos besoins, et les amener à rejoindre notre territoire pour participer efficacement à la mobilisation nécessaire face à la situation médico-sociale qui se dégrade dans nos quartiers.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter au PowerPoint, proposé en lien, qui a servi de support à la présentation des centres de santé lors de la réunion publique.

 

Commenter cet article

Golfeur fou 08/02/2014 17:16

Salut.
Il faudrait inclure la médecine sportive dans le centre de santé car il n'y a plus rien sur Saint Lo.